Vérité

Publié le par Campus-j

Sur le pont nocturne des hivers insolites

J'ai vu plisser les yeux de la dormeuse aux pleurs

C'est qu'elle guettait l'infime étoile interdite

Qui savait recueillir les larmes des passeurs

 

Sur le pont nocturne des hivers alchimiques

J'ai vu pousser des ailes sur le dos du malheur

C'est qu'il pleurait au bord du lac des âmes sœurs<

Qui reflettait le sourire d'un sort inique

 

Sur le pont nocturne des hivers inexorables

J'ai vu l'été mort brûlé dans son propre leurre

C'est qu'il dansait au cœur des montagnes de sables

Qui transforment la neige en feu dévastateur

 

Sur le pont nocturne de l'hiver infernal

J'ai vu de mes yeux mon propre cœur, mes propres larmes,

C'est qu'il battait dans les doigts mouillés de cette femme

Qui souillait l'humanité par son venin létal.

 

Rhéa Nacouzi, FM

Vérité

Commenter cet article