Elections estudiantines au CSM

Publié le par Campus-j

Elections estudiantines au CSM

Malgré tous les mensonges et les déformations de la réalité communiqués par les médias concernant les résultats de l’USJ, l’expérience de la démocratie vécue sur notre campus était, en ce 30 novembre 2015, mémorable et non sans impact sur les années à venir.

Les courants du 14 et du 8 mars ont remporté la majorité des sièges dans les Amicales respectives de Pharmacie, de Médecine Dentaire, de Nutrition et de l’ETLAM (ces deux derniers suite à un consensus).

Cependant, à la grande surprise de tous, et aux grand dam de leurs opposants (le courant du 8 mars), ce sont les fameux “indépendants” qui ont remporté les élections (10 sièges à 8) à la faculté de médecine, une première dans l’histoire de l’institution.

Ce mouvement indépendant est l’aboutissement d’une frustration vécue par la majorité des étudiants: chaque année, ils considèrent leurs voies arrachées par l’un ou l’autre des partis, ils se voient élire des figures qui “représentent” ces partis et qui sont rarement des personnes qui veulent effectivement travailler et contribuer à l’amélioration du mode de vie estudiantin.

Devant un manque de choix et de liberté de choix, un groupe d’étudiants décide de travailler pour proposer une nouvelle alternative. À la faculté de médecine, de génie et des sciences politiques essentiellement, on peut poursuivre l’activité de ces étudiants rebelles.

Leur but : changement et amélioration. Essentiellement, créer une institution qui ne dépend effectivement QUE des étudiants et qui œuvrerait POUR les étudiants.

Avec l’aide du Club Laïque qui supporte leurs principes, et qui travaille déjà à la propagation de son idéologie défendant les droits de l’homme et la citoyenneté, la fameuse troisième liste a ainsi vu le jour… et remporté les élections.

En espérant que cet esprit innovateur sera extrapolé à l’échelle du pays, que cette volonté de changer atteindra les hautes classes politiques pour renouveler les fondations déjà présentes et corrompues sur lesquelles on verra renaître et mettre en place une société pleinement civile, qui respecte et conserve le droit de chacun de ses individus, nous ne pouvons qu’attendre pour voir ce que ces pionniers nous réservent… et nous prononcer l’année prochaine.

Nour Khalil, FM

Publié dans Dossier Elections

Commenter cet article