Une explication

Publié le par Campus-j

Pollution, vide présidentiel, manque d'eau et d'électricité, 70 milliards de dollars de dettes, soldats enlevés et plusieurs problèmes quotidiens. Telle est la condition de notre pays. Plusieurs aspects justifient ce cauchemar interminable, parmi eux: la géographie particulière du Liban, les différences religieuses du pays, son histoire ou bien son manque d'influence dans la politique mondiale. Nous nous intéresserons donc à l'aspect géopolitique libanais ainsi qu'aux divisions religieuses au sein de la population et la liaison entre les deux.

L'emplacement géographique du Liban est stratégique. En effet, ce pays est situé au cœur du monde arabe et est bordé par la Syrie à l'est et au nord, Israël au sud et par la mer méditerranée à l'ouest. Il est donc exposé à trois univers complètement différents: l'Europe, un état juif et une dictature arabe. Ces trois mondes entourant notre pays constituent une raison qui expliquerait les différentes idéologies existant dans la nation. Du fait de sa petite superficie et de son rôle politique limité dans la région, le pays est toujours exposé aux influences extérieures comme en témoigne son histoire. 400 ans d'occupation Ottomane, 23 ans de mandat français, 30 ans d'occupation syrienne ainsi que des invasions israéliennes sont suffisantes pour montrer le degré de dépendance du Liban. Comme conséquence directe de cette situation, nous avons sûrement des dirigeants politiques dépendants de politiques externes et assurant les biens et les besoins des états voisins. D'autre part, la religion au Liban constitue un problème majeur et un handicap dans la vie politique. Ce point faible a engendré beaucoup de dégâts comme la guerre civile qui a ouvert la porte à un nouveau système d'administration et à de nouvelles relations avec l'extérieur. De plus près, on peut remarquer qu'il y a une relation étroite entre la géographie de notre pays et la religion. Par exemple, on peut dire que la majorité des chiites tendent à apprécier la politique iranienne, les sunnites celle de l'Arabie saoudite et de même pour les chrétiens qui s'identifient à différents pays. Nous avons donc plusieurs idéologies et perceptions au Liban. Tant que les libanais seront divisés selon les politiques étrangères et suivant leurs religions, les problèmes persisteront. La solution réside donc dans notre unité, laissant ainsi tomber toute nos considérations religieuses et étrangères.

Charbel Saade, ESIB

Publié dans Perspectives

Commenter cet article