Où va-t-on ?

Publié le par Campus-j

Où va-t-on ?

 

Tout va pour le mieux dans le meilleur des Liban possibles. Au cœur du plus original des Liban possibles. Quoi de mieux que de paraitre sur CNN ? Devenir populaire grâce à une magnifique rivière d’ordures ? Vivre au creux d’un véritable Game of Thrones ?

Byekfi ennak lebnani, comme le dit la chanson d’Assi El Helani. Il suffit d’être libanais pour vivre heureux. On est le peuple divin, celui qui a tout. Le peuple drôle et unique. Mahdoumin el Lebneniye. Le peuple polyglotte par excellence. Le peuple travailleur, regorgeant d’énergie. Le peuple malin qui trouve toujours les solutions les plus rapides à ses problèmes. Oui, ceci est très vrai. C’est pour ces raisons que très rapidement, nous avons élu un président. C’est pour cela que très rapidement, nous avons élu de nouveaux ministres et parlementaires. Car le Liban est un pays démocratique et non une dynastie. Les libanais s’entendent extraordinairement bien. Dix minutes après une dispute, on entend jaillir le leitmotiv des 5ayye et des habibe. Oui, ceci est très vrai. C’est pour cela que nous sommes les meilleurs joueurs de League dans la rue, surtout quand il fait noir ; les couteaux brillent mieux. Les meilleurs joueurs de League en politique, jamais unis et toujours dichotomiques.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des Liban possibles. Ce pays démocratique où il est interdit d’interdire. Oui, ceci est très vrai. C’est pour cela que le peuple n’est jamais écouté par les politiciens. Ces politiciens qu’il idolâtre et qu’il suit aveuglément. Ces politiciens dont le sujet provoque en chaque libanais un instinct d’amour, un instinct qui le pousse à les défendre dans les conversations banales quotidiennes comme s’ils étaient des êtres sacrés. D’ailleurs, les pauvres, ces politiciens. Ils ont à peine de quoi manger, ils savent très bien ce que cinq mille livres libanaises peuvent changer dans la vie quotidienne d’un libanais, ils donnent de la valeur à la moindre chose. Ils parlent, pensent au futur et agissent toujours. Ils font le bien-être de notre société !

Tout va pour le mieux dans le meilleur des Liban possibles. C’est la Suisse en Orient. Le seul pays où l’on peut nager et skier le même jour. Un pays-monument touristique par excellence. Un pays original et surtout très hygiénique. Si vous voulez venir au Liban, prévoyez une boite de Profinal®, ça fait mal à la gorge. Non pas à cause du printemps et de l’éclosion des fleurs au parfum charmant, c’est très kitsch, mais à cause des ordures. Si vous voulez venir au Liban, il ne faut surtout par rater le fameux pique-nique près de la merveilleuse rivière blanche et sentir l’air frais qu’elle dégage. La toute nouvelle rivière d’ordures trainant au rythme des vagues de paresse et de procrastination. Cette rivière que vous avez sans doute dû voir sur CNN ou dans les "posts" inondant Facebook. C’était peut-être la première fois que vous entendiez parler du Liban et quelle fierté !

Oui, tout va pour le mieux au dans le meilleur des Liban possibles. Où, à chaque fois que nous nous retrouvons face à notre sombre réalité, nous estimons détester le Liban. Mais la vérité la plus exacte est que nous le rendons détestable. Chacun d’entre nous. Nous nous contentons de jeter l’opprobre sur autrui, mais chacun d’entre nous peint de sa main un trait de ce tableau pénible et sinistre… Où va-t-on… ?

Rim Haidar, FSE

 

 

Publié dans Tribune

Commenter cet article